Christian Barbié

mar. 18 juillet 2017 CLEAN SHOT : le teaser de ce roman en cours d'écriture (page vidéo)



LA NUIT D'ADELE suite et fin

08/03/2017

Au pied du rappel, Adèle tira lentement la corde à elle. Fort heureusement aucun cailloux ne tomba. La traversée des Arêtes avait été magique. La jeune grimpeuse avait encore deux bonnes heures d'obscurité devant elle. Assez de temps donc pour rejoindre la maison du Papet. Pour l'instant, le hameau lui était encore dissimulé par les contreforts de l'arête. Mais dès qu'elle serait en vue des maisons, il lui faudrait redoubler de prudence. Croiser quelqu'un serait une catastrophe. Surtout avec cette corde en travers du buste.

Elle cheminait avec prudence. Les pieds cherchant toujours l'herbe qui assourdissait le pas. Les fissures, les dièdres, les dalles, les replats lui revenaient en mémoire et elle souriait dans la nuit. Cette nuit serait inoubliable. Elle avait osé.

Lorsqu'elle fut enfin à deux pas de la maison, Adèle se glissa derrière un rocher et attendit. Elle avait été plus longue que prévu. La nuit était trop claire à présent pour la cacher. Le parfum qui monta soudain jusqu'à elle lui sembla familier. Une odeur qu'elle ne tarda pas à reconnaître. Du tabac. Du tabac consumé dans le foyer d'une pipe. Presque le même que celui que fumait son grand-père. Sauf que le Papet fumait, lui, du tabac blond. Ce tabac brun ne lui inspirait rien de bon. Elle osa un regard dans le coin du rocher. Le Paulo !

Le Paulo était assis sur le perron de la maison du Papet. Son vieux chapeau crasseux vissé sur sa tête, il regardait, l'air mauvais, le foyer de sa pipe. Ce salaud devait se douter de quelque chose. Adèle s'écroula en larmes derrière son rocher. Elle savait ce qu'il attendait. Au lever du jour, les miliciens faisaient leur ronde dans les alpages. La Brigade des Usages. Celle qui, depuis le milieu des années 2000, contrôlait que le peuple ne s'adonnât pas aux plaisirs interdits. Une longue liste que chacun se devait de connaître. Grimper sur les sommets et parcourir les mers étaient ainsi frappés du sceau de l'inutilité. Et de la perversion des mœurs. Adèle quitta son sac et le serra dans ses bras comme un ami qui vous console. C'était celui du Papet. Ce vieux sac parfumé de tabac blond et du parfum de l'herbe des plus hauts des alpages.

Au loin, à l'entrée du vallon, Adèle ne fut pas surprise d'entendre le ronflement du camion militaire qui forçait sur la piste. Ils seraient bientôt là. La jeune femme sécha ses larmes et arrangea ses cheveux. Ils n'auraient pas la joie de sentir sa détresse. Elle se leva lentement. S'essaya à un sourire. Sa dernière arme puisqu'il fallait se rendre.

Soudain, un aboiement. Adèle le reconnut tout de suite. — Roxo !

Elle passa la tête au bord du rocher et ne put retenir un rire étouffé. La brave chien courait aux basques de Paulo. Le vieux gesticulait en poussant des cris de terreur. Adèle en profita pour foncer jusqu'à la maison et s'engouffra dans le tunnel dissimulé sous un buisson. Elle se glissa bientôt dans l'étroiture de la trappe et prit pied dans la pièce. Un bruit de moteur tout près de la maison et des voix d'hommes sous la fenêtre. Adèle quitta en hâte ses habits de la nuit et les jeta dans le trou du passage qu'elle referma. Elle enfila sa robe et tira le tapis sur la trappe. On tambourina à la porte.

— Adèle ! Adèle Savournin ! Police des Usages ! Ouvrez la porte !

La jeune femme ébouriffa ses cheveux et jeta une couverture sur ses épaules. Elle entrouvrit la porte en tremblant. Le jeune milicien qui lui faisait face n'avait guère plus de dix-huit ans.

— Adèle Savournin ?

— Oui ?

Le milicien fronça les sourcils.

— La Police des Usages que je représente ici vous rappelle que certaines pratiques néfastes au bien-être de la Nation sont condamnées par la loi. Etes-vous au fait de la liste de ces pratiques ?

La gorge d'Adèle s'emplit soudain d'une boule d'angoisse.

— Oui. Je ... J'en connais la liste, mentit-elle.

Le milicien glissa ses pouces dans le cuir de son ceinturon et bomba le torse.

— Dois-je vous rappeler le contenu de la règle 27 ?

Les larmes montèrent aux yeux de la jeune femme. Elle baissa la tête et garda le silence en serrant les poings.

— Adèle Savournin. La Police des Usages que je représente ici vous rappelle que ...

Roxo entra en trombe dans la pièce, heureux du tour qu'il venait de jouer au vieux Paulo. Il alla se coucher sur le tapis, au pied du fauteuil. Le milicien lui lança un regard mauvais.

— ... que la divagation des chiens fait l'objet d'une amende forfaitaire payable sous huit jours. Vous devrez donc vous présenter au plus vite au bureau de la Milice de votre circonscription afin d'en acquitter la somme.

Il tendit l'amende et claqua des talons.

— Longue vie à la Nation !

Adèle se saisit du papier et murmura la réponse d'usage.

— Longue vie !

 

Elle poussa la porte et alla s'écrouler dans les bras du vieux fauteuil. Roxo se leva lourdement. Il avait encore au cou le bout de chaine qu'il avait, dans la nuit, réussi à casser. Il posa sa large tête sur les cuisses de sa maîtresse. Cherchant du regard à comprendre pourquoi elle riait. Comprendre ce qui faisait couler des larmes sur ses joues. Comme quand elle était enfant et qu'elle s'écorchait les genoux sur les sentiers libres de leurs cavalcades.

Livres reliés

  • LA HAUTE MONTAGNE C'EST HAUT !

    LA HAUTE MONTAGNE C'EST HAUT !

    22/12/2015

    Secouez ce livre et il en tombera, tour à tour : un berger, un scorpion, une libraire, un guide et un gardien de refuge, une bouteille, le sommet de la Meije, une jeune fille sur les pas de son grand-père [...]

Commentaires des internautes

Nombre de commentaires par page

Vous pouvez insérer votre commentaire ici




Captcha

Please enter the characters displayed in the image

RECHERCHE
Newsletter

Vous voulez participer
à ce Slog,
écrire des commentaires,
partager votre point
de vue ?

Vidéo
CONNECTEZ-VOUS

se souvenir de moi

Vous avez oublié votre mot de passe ?
Vous pouvez faire une demande pour le recevoir par email, cliquez-ici!

Votre message vient d'être envoyé, nous nous efforcerons de vous répondre dans les plus bref délais.
L'équipe du Slog

Contactez-nous

Votre message concerne :

*

*

Gestion de votre Slog

Accès à la gestion des paramètres de votre Slog