WILLY .

mar. 31 mars 2015 Bienvenue sur mon Slog ! Je suis écrivain je m'appelle Élodie Willyam S CHARLES ............Suivez mon travail, mon actu etc.........ici....



Le roman Les oubliés de la dictature(*) est paru.
Il s’adresse à tous ceux qui veulent découvrir ce que l'Europe ne leur dira jamais sur la journée du 15 août 1932 au Portugal.
Assassinats, tortures, arrestations arbitraires, disparitions des papiers d’état-civil… toute la litanie d’une barbarie, dont les principales victimes furent des artistes et sur laquelle les pays voisins ont préféré fermer les yeux pour sauver leurs intérêts commerciaux.
Un roman composé à partir du témoignage du seul survivant du 15 août 1932 : le mystérieux Y.C.

Disponible de à présent en version ebook aux éditions mon-edition.com.
Prix : 10€.
Voir ici / http://mon-edition.com/les-oublies-de-la-dictature.php

En suivant les pas du mystérieux Y.C

Les oubliés de la dictature est un roman qui, en révélant un carnage que l'Europe a manifestement décidé d'oublier, pose les questions des conséquences des secrets de famille trop bien gardés, des trahisons dont on ne se relève pas, des mémoires que l'on piétine, de l'extrême méfiance couramment exprimée à l'égard de la culture.

Ce livre est le fruit d'une enquête à hauts risques.

Contact:

0682513678

elodiewillyamscharles@gmail.com

http://www.slog.fr/elodiewilliamscharles


Pour écrire, il faut du courage

 

« Qu'est-ce qui vous tient à coeur ? ». 

C'est la question qu'on m'a posée récemment.

Je ne m'y attendais pas.

Pourtant, j'ai répondu du tac au tac « Mon activité d'écrivain » (*).

J'ai alors réalisé combien ma réponse était « courte ». 

Je devais nécessairement expliquer pourquoi j'écrivais sans relâche depuis l'enfance.

C'est donc ce que j'ai fait :

Ecrire, c'est oser.

Ecrire, c'est s'engager.

Ecrire, c'est prendre des risques.

 

Ecrire n'est pas une occupation, un passe-temps.

On écrit pour défendre ses convictions face aux haut-le-coeur, qui reviennent trop souvent.

 

Il faut donc, je pense, être animé en permanence par une forme de rébellion.

« Après quoi en avez-vous ? », me direz-vous.

Eh bien, c'est tout simple.

Le piétinement des valeurs me révolte.

Un individu ou un pays se doivent d'être braves et généreux.

Dans le monde auquel j'aspire, il n'y a pas de place pour la lâcheté, la trahison, la violence.

Bien sûr, nous sommes tous, individuellement, faillibles.

Pour peu que nous le soyons tous (ou à peu près) en même temps? et c'est une dictature qui s'installe à la tête d'une nation (*).

 

Je crois à l'utilité de ceux qui écrivent quand ils aspirent à être des sentinelles.

Non, pas des donneurs de leçons, non, pas du tout.

 

Simplement des individus qui nous rappellent, au fil de leurs livres, que sans l'autre, nous nous appauvrissons.

Que, sans effort, nous ne réussissons à rien.

Que, sans culture, nous nous perdons.

Que, sans mémoire, nous échouons à nous construire une histoire.

Or, sans histoire, comment savoir où l'où va ?

 

(*) Les oubliés de la dictature, roman à paraître ces prochains jours de juillet 2016, chez #mon-edition.com


A ne pas manquer

  • Article dans la revue Florilège
    PresseArticle dans la revue Florilège
    mardi 12 janvier 2016
    La revue Florilège a publié dans son dernier numéro une belle critique de mon recueil de poésies "À poème d'amour, poème de toujours".

RECHERCHE
Newsletter

Vous voulez participer
à ce Slog,
écrire des commentaires,
partager votre point
de vue ?

A la une
Vidéo
CONNECTEZ-VOUS

se souvenir de moi

Vous avez oublié votre mot de passe ?
Vous pouvez faire une demande pour le recevoir par email, cliquez-ici!

Votre message vient d'être envoyé, nous nous efforcerons de vous répondre dans les plus bref délais.
L'équipe du Slog

Contactez-nous

Votre message concerne :

*

*

Gestion de votre Slog

Accès à la gestion des paramètres de votre Slog